Avis pour les jours où la tête ne marche pas

Bonjour à tous !

 

Vous avez aussi des jours quand vous ne voulez rien faire ? Ou quand vous VOULEZ le faire, mais vous ne pouvez pas vous forcer de le faire ?

Il m’arrivait plusieurs fois des journées où mon cerveau a décidé de ne plus marcher. Il y avait des moments où on dirait que je n’ai jamais entendu du français. C’était galère de former des phrases, de forcer ma bouche en bonne forme pour bien prononcer un mot. Comme un bambin grognon, il était en colère et a refusé d’en sortir.

Des jours comme ça arrivent à tout le monde (peut-être moi plus que les autres). Des conversations sont exaspérantes, les exercices semblent impossibles… Alors, qu’est-ce qu’on fait quand il est difficile ? (Ou juste si vous vous sentez un peu paresseux ?)

-Regardez un film !

Ou, mieux, une série de télé que tu connais. Il ne faut que le regarder et essayer de suivre l’histoire. C’est simple et pas de stresse.

-Lisez une BD !

Les romans sont peut-être hors de question, mais les BD offrent une alternatif ! Ils sont souvent plus courts, il ne faut pas se souvenir qui appelle quoi et si rien d’autre, les dessins sont beaux !

-Ecoutez de la musique en français !

Vous n’apprenez pas beaucoup, mais vous auriez contact avec la langue toujours. La musique parle à autres partis du cerveau, peut-être ça va casser le brouillard mental. Sinon, la musique est belle !

-Ecoutez des podcasts !

Ecouter les podcasts, c’est comme avoir une conversation avec des amis. Mais c’est une conversation à laquelle vous n’êtes pas obligé de participer. Trouvez-en quelques qui va à vos intérêts : les politiques, la musique, les films… Même si vous ne les suivez pas avec beaucoup d’attention, c’est toujours la langue dans vos oreilles ! (Je conseille peut-être « 2 heures perdues ». Ils parlent des films populaires qu’on a peut-être déjà vus : « Maman, j’ai raté l’avion », « La Reine de neiges », « L’Arnacoeur ». Il y en a d’autres aussi. Je ne m’en souviens pad du nom à ce moment mais j’en aime un qui parle des évènements d’histoire. C’est raconté un peu comme des contes et il a un ton dramatique.)

-Traduction

Si la tête ne veut que parler dans la langue maternelle, peut-être vous pouvez l’utiliser à votre avantage. Essayez de faire des traductions entre les langues. Si c’est trop de travail, lisez un livre dont l’histoire vous connaissez déjà (Personnellement, j’ai trouvé une copie de « Le Seigneur des anneaux ». Je ne suis pas grand fan, mais je connais l’histoire assez bien. C’était un peu trop optimiste de moi car le livre est très gros. Je ne pense pas que je vais le finir avant de partir, mais je lis des parties de temps en temps.) Cela m’aide beaucoup aussi parce que je vois les choix qu’ils ont fait pour le traduire.

-Parlez avec les autres

Bon, peut-être vous ne pouvez pas parler en français aujourd’hui. Pourquoi je dis ça, alors ? 1) Passez le temps en groupe. Demandez si vous pouvez ne trop parler, juste pour écouter. Peut-être vous seriez confus, mais ce n’est pas la fin du monde. 2) Je trouve que parler dans la langue maternelle aide de temps en temps. Je le trouve bon pour la prononciation et la syntaxe. Où ils ont des problèmes me signale les phonèmes ou les constrictions différents. En plus, il vous rappelle que faire des fautes n’est pas si grave.

-Promenez-vous

Laissez le cerveau rester un peu. La pleine air est bon pour tout le monde et l’exercice est bon pour le cerveau ! Il est très occupé tout le temps, le cerveau. Il faut voir des nouvelles choses, les arbres vertes, des oiseaux, et le laisser relaxer. En plus, si vous allez dans la nature, c’est bon pour la créativité.

 

Parfois, les brumes comme ça reste pendant plusieurs jours… mais ils partent toujours. Ne vous inquiétez pas et faites votre mieux !

 

A la prochaine fois!

Une journée aux musées

Coucou à tous!

Ce week-end, il y avait un événement aux musées dans le canton de Neuchâtel. Je l’ignorais, mais une de mes colocs m’a proposé d’y aller. Il y avait une variété des options. On pensait aller au château de Valangin mais on n’avait pas le temps pour le faire avec d’autres choses. On a enfin décidé d’aller au centre Durrenmatt, le jardin botanique et le Musée d’Art et d’Histoire.

Le centre Durrenmatt. Il y avait une exposition de la musique « biologique » : j’ai entendu « la mousse chantant » et la musique des pommes. En vérité, c’était l’ordinateur qui interprétait les pulsions électroniques dessous la mousse ou dans les fils métalliques connectés à la pomme. Durrenmatt était écrivain et artiste suisse qui s’intéressait beaucoup aux sciences. Il posait des questions éthiques et il a écrit des œuvres sci-fi. Je ne l’ai pas connu avant et ma coloc française a dit qu’elle ne le connaît pas non plus, mais il semble qu’il est célèbre en Suisse. Ses œuvres ne sont pas tellement mon style, mais je suis heureuse d’avoir y visiter.

Le jardin botanique est juste à côté du centre Durrenmatt et c’est un de mes places préférées à Neuchâtel. C’est un grand parc avec des beaux jardins et une serre pour des plantes exotiques. Dans les prairies ou au bord de l’étang ou parmi les fleurs, je me sens si calme. Il y avait une petite exposition sur les champignons pour l’événement.

Le dernier musée était plus traditionnel, mais aussi intéressant. Il a un mélange d’art vieux et nouveau. Bien qu’elle ne soit pas très grande, la collection est variée. Il y a des tableaux et des photographes, parfois historique, parfois seulement pour la beauté.

J’aurais été allée à d’autres mais il ne restait plus de temps. En tout cas, je le trouve génial qu’il y avait cet événement pendant le week-end. C’est une bonne opportunité pour les étudiants et il tire les gens qui n’iraient pas aux musées autrement.

Qu’en pensez-vous? Je pense qu’il y a des journées comme ça dans autres villes. Vous êtes y allés?

A la prochaine!